Blog

Bitcoin-blog-cofcap-digital-consult

Normalisation du Fonds de Roulement

La normalisation de la valeur du Fonds de Roulement (FDR) est un élément clé lors d’un rachat ou d’une vente de société. 

Fréquemment, des clauses de rajustement du fonds de roulement sont prévues pendant la période de « due diligence » afin d’établir le prix final de la transaction.

Ces formules d’ajustements permettent de rajuster le prix à la baisse ou à la hausse pour compenser les fluctuations de trésorerie au moment de la finalisation du deal.

Cela également permet de s’assurer que l’entreprise conserve suffisamment de liquidités pour continuer à fonctionner normalement après la date de clôture mais également d’éviter que l’acheteur bénéficie d’un surplus de liquidité. 

La notion de Fonds de Roulement 

Fonds de Roulement = Actifs à court terme – Passifs à court terme

Si vous souhaitez plus de détails sur la notion de Fond de Roulement, nous vous invitons à lire cet article .

Détermination du montant d’une transaction

Equity Value (QV) = Enterprise Value (EV) – Adjusted Net Debt (ND)

La « Valeur d’entreprise » est souvent déterminée sur base d’un multiple de l’ « EBE » (excédent brut d’exploitation) ou de l’ « EBITDA » (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) normalisé. Le multiple utilisé est dérivé de la moyenne sectorielle. Un multiple supérieur à la moyenne sera généralement utilisé si la société offre des perspectives de croissance ou une rentabilité supérieure et inversement. Les multiples récemment appliqués pour le rachat de sociétés similaires ou les multiples auxquels se traitent des sociétés cotées en bourse ayant les mêmes caractéristiques peuvent également être utilisés.

Pour obtenir la « Valeur d’Entreprise », càd la valeur totale de la société, la « dette financière nette » ou « net debt » est ajoutée à l’EV. 

Si le montant de la dette financière nette est négatif, on parle alors de « trésorerie nette ».  

Si le montant de la dette financière nette est négatif, on parle alors de « trésorerie nette ».  

Gestion non-optimale de trésorerie

Dans de nombreux cas, la trésorerie d’une société peut refléter une gestion « trop conservatrice » ou « trop aggressive ».

Citons par exemple le cas d’une entreprise qui ne profiterait pas au maximum des délais de paiement accordés par ses fournisseurs et qui serait trop laxiste par rapport à l’application stricte du délais de paiement de ses clients. La position de trésorerie de cette société serait alors anormalement basse et la valeur de la société pourrait être sous-évaluée si le fond de roulement n’était pas normalisé. En effet, un repreneur pourrait rapidement générer des liquidités substantielles en augmentant les délais de paiement des fournisseurs et en exigeant des paiements plus ponctuels de la part de ses clients. Cet excédent de trésorerie pourrait alors être sorti de la société sans mettre en danger la pérennité de ses operations.  

Dans un scénario opposé, les dirigeants d’une société pourraient avoir des relations privilégiées avec certains fournisseurs et de manière consistante ne pas respecter les délais normaux de paiement. Suite au rachat, les fournisseurs pourraient exiger au nouvel acquéreur de régler les factures plus rapidement ce qui utiliserait des ressources supplémentaires et pourrait justifier la nécessité d’un renforcement des liquidités.

Saisonnalité du FDR et notion de LTM Net Working Capital

LTM Net Working Capital = NWC trimestre le plus récent +NWC année fiscale la plus récente – NWC trimestre correspondant 12 mois avant le trimestre le plus récent
Par exemple: NWC 2017 + NWC T2-2018 – NWC T2-2017
LTM Net Working Capital = moyenne NWC au cours des 12 derniers mois

La saisonnalité propre à une industrie et à une société est inévitablement reflétée dans l’évolution du FDR au cours de l’année. C’est la raison pour laquelle il ne serait pas correct de baser la valorisation sur le montant du FDR au moment de la clôture de la transaction. C’est ici qu’intervient la notion de « LTM Net Working Capital » ou « last twelve months Net Working Capital » qui comme son nom l’indique est une moyenne glissante sur 12 mois.  

Ajustements de la trésorerie nette

Il appartient de procéder à un ajustement de la position de « trésorerie nette » afin de refléter la gestion non optimale des ressources de l’entreprise.  

Adjusted Net Debt = Net Debt + (LTM Net Working Capital – Normalised Net Working Capital)

Par soucis de clarté, nous recommandons de calculer le « fonds de roulement cible » et d’ensuite calculer la différence entre le fonds de roulement moyen (voir LTM Net Working Capital) et ce fonds de roulement cible. Si cette différence est positive, il en ressort que la société a été gérée de manière trop « conservatrice » et ce montant doit être ajouté au montant de la transaction.

Net Working Capital ou Fonds de roulement normalisé

Le « FDR cible ou normalisé » représente le montant de FDR nécessaire pour le bon fonctionnement d’une entreprise avec une gestion optimale de ses liquidités. Il peut être déterminé de plusieurs façons, la principale consiste à ajuster le FDR pour une normalisation des délais de paiement clients et fournisseurs sur base des moyennes appliquées dans l’industries.

Les formules de base permettant de calculer les délais de paiement sont les suivantes:

Délai moyen paiement fournisseurs = (Dettes Fournisseurs / Achats fournisseurs ttc) * Nb de jours
*Nb de jours de la période comptable utilisée pour les comptes fournisseurs et cost of sales
Délai moyen encaissements clients = (Créances ttc / Chiffre d’affaires ttc) * Nb de jours
*Nb de jours de la période comptable utilisée pour les comptes fournisseurs et cost of sales

Sur cette base, il est facilement possible de calculer le montant des ajustements des comptes Dettes Fournisseurs et Créances Clients.

Dettes Fournisseurs = (Délai optimal paiement fournisseurs / Nb de jours) * Achats fournisseurs ttc
*Nb de jours de la période comptable utilisée pour les comptes fournisseurs et cost of sales
Délai optimal encaissements clients = (Créances ttc / Chiffre d’affaires ttc) * Nb de jours
*Nb de jours de la période comptable utilisée pour les comptes fournisseurs et cost of sales

Vous souhaitez en savoir plus?

Les calculs de rajustements du fonds de roulement sont impératifs et doivent être clairement indiqués dans la convention d’achat.

Ceci n’est pas une tâche facile car les parties peuvent avoir des opinions fort divergentes quant à la determination du montant cible. Un acheteur potentiel pourrait estimer qu’un fonds de roulement bien plus conséquent soit nécessaire afin de financer la croissance des opérations…

Si vous souhaitez un arbitrage indépendant pour proposer une solution juste pour les deux parties ou si vous souhaitez un expert afin de défendre vos intérêts, contactez-nous pour en parler de vive voix!

Fonds-de-Roulement-Cofcap-Consult

Calcul du Fonds de Roulement

Définition

Le Fonds de Roulement (FDR) ou Networking Capital correspond à l’excédent de ressources mises à la disposition de l’entreprise pour une durée longue par les associés, investisseurs, organismes de financement et resources créées par son activité par rapport aux investissements en biens durables. Cet excédent permet de financer les dépenses d’exploitation de l’entreprise.

Le montant du FDR met en évidence la politique de financement des opérations de l’entreprise et permet de vérifier l’équilibre de sa structure financière.

Un FDR négatif signifie que la structure de financement est déséquilibrée et que l’entreprise finance une partie des ses besoins à long-terme par des resources à court-terme.

Calcul du Fond de Roulement

Il existe deux méthodes équivalentes pour déterminer le fonds de roulement.

Approche par le bas du bilan

Fonds de roulement = Actifs à court terme – Passifs à court terme

Les « actifs à court terme » sont les actifs qui seront convertis en argent d’ici un an au plus.

Ces actifs comprennent:

  • La trésorerie;
  • Les actifs circulants:
    • Les stocks;
    • Les comptes clients;
    • Les provisions pour charges;

Les « passifs à court terme » sont les obligations dont il faudra s’acquitter d’ici un an au plus.

Ces passifs comprennent:

  • Les dettes à court terme;
  • Les comptes fournisseurs;
  • Les charges à payer ou réserves.

Approche par le haut du bilan

Cette approche illustre le fait que les actifs immobilisés doivent être impérativement financés par des ressources à long-terme.

Fonds de roulement = Capitaux permanents – Actifs immobilisés

Les « capitaux permanents » sont constitués des catégories suivantes:

  • Les capitaux propres: apports des associés (numéraire et nature), les réserves, les provisions pour risques et charges;
  • Les capitaux empruntés à moyen et long-terme (emprunts et comptes courant associés).

Les « actifs immobilisés » représentent toutes les immobilisations de la société. Cela regroupe:

  • Les immobilisations incorporelles (fonds de commerce, brevets, licences, logiciels, etc…);
  • Les immobilisations corporelles (immeubles, terrains, véhicules, matériel industriel, matériel de transport, équipements de bureaux, …);
  • Les immobilisations financières (cautions, titres de participation, créances à plus d’un an, …).

Le FDR mesure la quantité de ressources non utilisées par les actifs immobilisés qui permettront de financer les charges d’exploitation de l’entreprise nettes des encaissements clients.

Conclusion – « Cash is King! »

Le FDR est un des indicateurs majeurs de la santé financière d’une entreprise. Lors du rachat d’une société il est impératif de bien comprendre sa structure de financement et l’impact des activités opérationnelles sur la trésorerie.