Blog

Pacte-d-actionnaires-Cofcap-Consulting

Pacte d’actionnaires

Le pacte d’actionnaires ou pacte d’associés est un outil indispensable, il doit impérativement faire partie des premières étapes de la création d’une entreprise ou d’une association! Si vous ne l’avez pas encore rédigé ou si vous souhaitez simplement renforcer votre pacte actuel, nous vous recommandons vivement la lecture de cet article.

Le pacte ou la convention d’actionnaires

Le pacte d’actionnaire est un contrat signé par les actionnaires d’une société afin de définir et formaliser les relations entre associés et de fournir un cadre de mesures pour éviter et résoudre les conflits. Lors de sa conception, le meilleur comme le pire doivent donc être anticipés. La convention d’actionnaires est conclue dans l’intention d’assurer l’unité et la cohésion de l’entreprise à l’exclusion de toute recherche d’intérêts personnels, de maintenir l’esprit de compréhension et de tolérance entre les actionnaires et de permettre à la société de fonctionner dans l’indépendance voulue.

Caractéristiques du pacte d’actionnaires

Le pacte est un contrat légal qui permet aux actionnaires/associés d’organiser certaines modalités de leur partenariat au sein de la société qui ne seraient pas prévues dans les statuts sociaux. Il s’agit donc d’un contrat qui reste confidentiel.

Le pacte est conclu sous « seing privé », càd que sa signature ne nécessite pas la présence d’un notaire.

Le pacte peut être modifié à tout moment en rédigeant un avenant. Les conditions de validation de l’avenant doivent être fixées dans le pacte.

La durée maximale d’un pacte est généralement de 5 ans mais il peut être renouvelé de manière tacite pour une durée similaire.

Les sections principales du pacte d’actionnaire

Procédure d’évaluation des actions

Cette section prévoit habituellement de faire appel à un ou plusieurs évaluateurs extérieurs.

Cependant, nous recommandons vivement de vous mettre d’accords explicitement sur une méthode de valorisation des actions appropriée à votre secteur d’activités. De nombreuses méthodes peuvent être utilisées telles que: la valeur comptable nette majorée d’un multiple du cash flow net annuel, un modèle d’actualisation des flux financiers, ou un multiple de l’EBITDA.

Pour éviter tout conflit, soyez très précis quand à la description de la méthode de valorisation et la détermination des inputs et hypothèses.

Affectation des bénéfices

Nous recommandons vivement aux parties d’accorder la priorité absolue au développement des activités de la société par rapport à la rémunération du capital investi par les actionnaires.

Rémunération des actionnaires actifs

Afin d’éviter toute frustration, cette section nous semble particulièrement importante! Pour garder priorité à l’intérêt de la société, nous privilégions une méthode de rémunération avec une partie fixe relativement modérée et une variable variable directement liée aux résultats de l’entreprise. Pour les actionnaires qui interviennent ponctuellement, une méthode de prestation de mission peut également être envisagée.

Exercice de droit de vote

Cette section permet de faciliter l’organisation de la vie de l’entreprise et de définir le mode de prise de décision. L’importance de certaines décisions peut nécessiter un système de majorité absolue ou unanimité mais afin de faciliter la vie de la société d’autres catégories de décisions peuvent être facilitées en attribuant le pouvoir de décision à un ou plusieurs associés compétents. L’organisation du comité de gestion peut également être définie dans le pacte.

Financements et rémunération des prêts des actionnaires

Il arrive fréquemment que les différents actionnaires ne soit pas en mesure de faire des avances proportionnelles à la société. Il faut donc anticiper un scenario dans lequel un ou plusieurs actionnaires prêteraient des fonds supérieurs aux autres et prévoir la hiérarchie et les conditions de remboursement spécifiques à ces prêts.

Les clauses principales du pacte d’actionnaire

Clause d’inaliénabilité, clause d’incessibilité

Cette clause interdit aux actionnaires de céder leurs actions pendant une durée déterminée.

Il faut néanmoins prévoir des exceptions pour cause de décès ou de rachat ou vente forcée.

Clause d’agrément

Cette clause permet de contrôler la cession des parts sociales d’un associé à un tiers. Elle peut par exemple imposer l’approbation d’un organe désigné concernant la personne de l’acheteur.

Lors de la rédaction de cette clause, n’oubliez pas d’imposer à l’actionnaire cédant de faire ratifier tous ses engagements existants par l’acquéreur.

Clause de sortie conjointe

Cette clause oblige l’associé qui recevrait une proposition de rachat de ses parts à faire en sorte que le tiers acquéreur soit également tenu au rachat des parts des autres associés 

Clause de préemption

Clause qui permet aux autres actionnaires de racheter les titres en priorité par rapport à une personne tierce.

Clause d’exclusion

Clause qui donne le droit aux actionnaires d’une société, en situation de blocage, d’exclure l’un d’entre eux si certains évènements surviennent ou si certaines qualités justifiant sa présence disparaissent. Mentionnons par exemple la faillite du promettant, la perte d’un accès à la profession ou le changement de contrôle si l’actionnaire est une personne morale.

Clause de retrait

Clause qui permet à un actionnaire de quitter la société en fonction de certains critères clairement définis à l’avance.

Conclusion

Il existe de nombreux modèles gratuits à télécharger en ligne mais nous recommandons vivement d’adapter votre pacte aux spécificités propres de votre entreprise. L’idéal est de rédiger un pacte sur-mesure et de consulter des personnes extérieures au projet afin d’envisager tous les cas de figure possibles.

Aussi, lors de la rédaction du pacte, n’oubliez pas que les conditions actuelles peuvent fortement changer au cours de la vie de l’entreprise.

Il appartient ensuite de s’assurer que les intentions sont correctement rédigées afin d’éviter toute mauvaise interpretation des textes et clauses. De nombreux bureaux d’avocats proposent également ces services.

Bitcoin-blog-cofcap-digital-consult

Mieux comprendre le Bitcoin

Cet article a pour but d’expliquer la crypto-monnaie Bitcoin en termes simples. Nous recommandons aux lecteurs de se familiariser d’abord avec la technologie de la Blockchain en lisant l’article suivant: « Mieux comprendre la Blockchain« .

Qu’est-ce qu’un bitcoin?

Le bitcoin est une monnaie digitale qui est sécurisée par un système de base de données décentralisé qui repose sur la technologie de blockchain.

Comme toute crypto-monnaie, le Bitcoin est une monnaie digitale et virtuelle qui peut être échangé en toute sécurité grâce à la cryptographie (cryptage et décryptage). Loin d’être la première monnaie digitale, son énorme succès provient de sa décentralisation qui permet d’éviter l’intervention d’un intermédiaire financier ou gouvernemental.

Fonctionnement

Le bitcoin repose sur la blockchain pour enregistrer chaque transaction effectuée. Il s’agit d’un réseau décentralisé qui repose sur des milliers d’ordinateurs indépendants répartis dans le monde.

Ces ordinateurs sont détenus par des « mineurs » qui vérifient chaque transaction en résolvant des algorithmes complexes en échange de nouveaux bitcoins émis periodiquement et répartis entre les mineurs en fonction de leurs contributions.

Chaque « noeud » (ordinateur connecté au réseau bitcoin) contient l’historique de toutes les transactions effectuées depuis la création de la base de données. Lorsqu’une nouvelle transaction est effectuée dans un noeud, tous les autres noeuds du réseau sont utilisés afin de vérifier que la séquence des transactions précédentes est identique afin de valider la nouvelle transaction.

Les avantages et opportunités

Transparence et sécurité

La Blockchain utilisée pour stocker les transactions en Bitcoin est décentralisée auprès de milliers d’utilisateurs répartis dans le monde. Chaque transaction peut être consultée à tout moment et en toute transparence.

Afin de modifier la blockchain à des fins malicieuses, un fraudeur devrait contrôler au moins 51% des noeuds de la chaîne. Vu la taille déjà atteinte par le réseau, ce serait tout simplement impossible!

Les limitations et obstacles

Pollution

Le système de « preuve de travail » sur lequel repose la validation des transactions par le réseau nécessite une force de calcul et de traitement par ordinateur considérable. Au fur et à mesure que le nombre de transactions augmente, les algorithmes demandent de la puissance de calcul supplémentaire. La consommation d’électricité est donc très élevée.

Anonymat

Xxxxx

Regulation, acceptation

Le bitcoin n’est pas (encore?) officiellement reconnu par les gouvernements et les banques centrales et le cadre réglementaire est quasi inexistant .

Mieux comprendre le Bitcoin – Ressources et lectures

Si vous souhaitez approfondir votre connaissance d’autres applications de la Blockchain, nous vous recommandons vivement la lecture de notre article: « Mieux comprendre l’Ethereum« .

Ethereum-blog-cofcap-digital-consult

Mieux comprendre l’Ethereum

Cet article « mieux comprendre l’Ethereum » s’adresse à ceux qui sont déjà familiers avec les notions de base de la Blockchain et du Bitcoin mais qui ne connaissent pas encore les particularités de l’Ethereum. Nous invitons les autres lecteurs à consulter notre article: « Mieux comprendre la Blockchain« .

Un outil de promotion pour services décentralisés

L’Ethereum est une plateforme électronique de calcul publique et décentralisée qui s’appuie sur la technologie de la Blockchain. Cette plateforme permet d’exécuter des programmes de manière automatique et décentralisée sans l’intervention d’un intermédiaire hiérarchique. Ces codes de programmation comprennent des contrats intelligents (« smarts contracts ») et des applications décentralisées (« dapps »).

Smart contracts ou contrats intelligents

Un contrat intelligent est un programme informatique utilisé afin de faciliter, vérifier et exécuter la mise en oeuvre ou la négociation d’un contrat en utilisant un code cryptographique. Ce contrat s’exécute de manière automatique sans intervention extérieure et uniquement lorsque les conditions déterminées dans le code de ce contrat sont remplies.

Les conditions nécessaires à l’exécution de la transaction et les actions qui en résultent sont retranscrites en code. Ce programme est transmis au réseau décentralisé de la Blockchain. Le réseau exécute la transaction une fois que les conditions sont remplies et vérifiées. La Blockchain est alors mise à jour et la transaction devient immuable.

Les avantages principaux de ces contrats sont la transparence (accessibles à tout moment avec une clé cryptographique), la décentralisation (pas besoin d’un tiers de confiance), l’automatisation, la traçabilité, le coût réduit et la rapidité d’exécution.

Les applications possibles des smart contrats comprennent:

  • L’organisation d’un système de vote reposant sur une application et permettant une organisation plus efficace et transparente.
  • L’organisation des transactions entre différentes parties tels que l’achat d’une voiture, la souscription à un contrat d’assurance (ex: Fizzy, produit d’assurance aérien lancé par Axa), l’octroi d’un crédit bancaire, l’échange d’actions, obligations ou dérivés (ex: JP Morgan) ou les transactions immobilières (ex: Propy ).
  • Le partage des données médicales entre médecins en toute sécurité et confidentialité (ex: EncryGen qui transfère les données ADN des clients pour des essais cliniques).
  • L’optimisation des réseaux de distribution (ex: De Beers Diamonds qui utilise la Blockchain).

Les sociétés qui ont déjà adopté cette technologie d’une manière ou d’une autre comprennent Microsoft, Intel, Amazon et JP Morgan.

Il faut noter que ces contrats ne sont pas (encore?) reconnus universellement comme des accords légaux contractuels. Aux Etats-Unis, de nombreux Etats ont déjà passé des lois pour encadrer les Smart Contracts. En Angleterre, une commission a récemment été constituée afin de trancher en cas de conflits lé liés à l’implementation des contrats intelligents.

Ethereum Virtual Machine – Des applications faciles

L’Ethereum Virtual Machine (EVM) est une sorte d’ordinateur global dont la puissance est repartie sur un réseau pair-à-pair (ensemble d’ordinateurs interconnectés et possédant les mêmes privilèges) et qui permet d’executer des codes de programmation.

Les programmes peuvent être soumis à l’EVM sous forme de nombreux languages de codage dont Solidity, JavaScript, C++, Python, Java et Rubby.

L’Ether – Le fuel du réseau Ethereum

L’Ethereum n’est pas une crypto-monnaie mais bien une plateforme électronique qui fonctionne grace à l’utilisation de tokens ou crypto-fuel appelés Ether.

Comme pour le Bitcoin, L’Ether est utilisé pour rémunérer les mineurs mais il est également utilisé par les développeurs d’applications afin de payer pour les frais de transactions et d’utilisation du réseau Ethereum. L’Ether est également utilisé afin de déclencher des contrats informatiques automatisés.

Contrairement aux Bitcoins dont le nombre est fixe, l’émission d’Ether est limitée à 18 millions par an.

Dapps ou applications décentralisées

Après les « Apps », faisons place aux « Dapps ». Grâce à la technologie de la Blockchain et particulièrement du réseau Ethereum, les applications peuvent désormais être décentralisées et ne dépendent donc plus d’un intermédiaire et d’un réseau central pour fonctionner.

Les Dapps sont des logiciels « open-source » càd que le code est accessible à tous.

Ces applications regroupent principalement des programmes de sécurité, des systèmes de vote, des jeux, des plateformes d’achats, des réseaux sociaux et des méthodes de paiement. Vous pourrez retrouver le classement des applications les plus populaires sur le site suivant. A ce jour, certaines applications comptent déjà plus de 50k utilisateurs mensuels…

Les Dapps les plus connues sont:

  • Uniswap: une plateforme d’échange de monnaies digitales aux frais réduits et permettant aux utilisateurs de garder la propriété de leurs fonds.
  • DuckDuckGo: une application qui permet de bloquer les trackers Google lorsque vous visitez des sites internet et un moteur de recherche qui ne conserve pas vos données.
  • CryptoPunks: une plateforme qui permet d’acheter et d’échanger des images digitales représentant des punks et représentés par des NFTs. En 2021, certains CryptoPunks se sont vendus pour plusieurs millions de dollars!

Cerise sur le gâteau, le réseau Ethereum permet également aux développeurs de Dapps de lever des fonds pour financer leurs applications grâce à la mise en place de contrats.

Ethereum 2.0 et développements récents

La congestion et les frais relativement élevés du réseau Ethereum ont été fortement critiqués. D’autres réseaux alternatifs tels que Cardano, Wax, Polygon et Solana ont été développés pour tenter de pallier à ces défauts.

En réponse à ces critiques, Ethereum progresse continuellement. Le 5 aout 2021, des mises à jour importantes de la technologie ont été implémentées:

  • Régulation des commissions: les commissions payées par les utilisateurs ont été uniformisées an fonction de la charge du réseau, permettant de lisser les frais des transactions.
  • Réduction de la quantité émise d’Ether: les commissions étaient jusque là rémunérées via la création de nouvel Ether mais ce n’est plus le cas.

Ethereum 2.0, une mise à jour majeure attendue pour début 2022 apportera encore de nombreuses améliorations dont voici les principales:

  • Proof-of-stake: La méthode de « proof of work » (voir notre article sur la Blockchain) sera remplacée par une méthode de « proof of stake », diminuant considérablement l’empreinte écologique. Ce nouveau système de consensus utilisé pour assurer la fiabilité des données du réseau sélectionnera un seul mineur de manière aléatoire ne mettant plus en concurrence tous les mineurs du réseau. Cet utilisateur devra mettre en gage (« at stake ») un nombre suffisant d’Ether afin d’éviter toute tentative malveillante.
  • Sharding: Les transactions seront divisées en plusieurs morceaux et chaque morceau pourra être vérifié simultanément, augmentant considérablement la vitesse de traitement des transactions.

Ressources et lectures

Lectures:

Vidéos:

Mieux comprendre la Blockchain

Cet article permet de mieux comprendre la Blockchain et est destiné à des lecteurs qui souhaitent développer une connaissance générale de son fonctionnement sans se perdre dans la complexité des spécificités. Que l’on adhère ou pas à l’engouement et aux valorisations des crypto-monnaies, il est indéniable que la technologie de la Blockchain offre de nombreuses autres applications qui ont le potentiel de bouleverser la gestion des chaines logistiques et des transactions de notre vie quotidienne.

Qu’est-ce qu’une Blockchain?

Une Blockchain est une base de données structurée sous forme d’un assemblage de blocs. Chaque bloc contient un nombre limité d’informations et lorsqu’il est saturé, un nouveau bloc est créé et attaché à ce bloc formant une chaine. Lorsqu’un bloc est ajouté, une empreinte de temps spécifique est allouée à ce bloc. Les nouveaux blocs sont enregistrés de manière linéaire et chronologique.

Structure-Blockchain-Cofcap-Consulting
Chaque bloc dans la chaîne est lié au précédent et contient les données du bloc précédent ainsi que les données propre au bloc.

Pour mieux comprendre le concept de Blockchain, il faut d’abord assimiler la notion de réseau pair-à-pair. Le principe de base de la blockchain est de distribuer et dupliquer un registre de données entre plusieurs acteurs faisant partie d’un réseau P2P.

Reseau-P2P-Cofcap-Consulting
Dans une architecture P2P, les échanges s’effectuent sans serveur dédié, chaque entité tient le rôle de serveur et de client.

Le fait d’avoir plusieurs exemplaires identiques du registre sur le réseau permet de ne pas devoir faire appel à un organisme central de contrôle mais de se reposer sur la validation des transactions par la communauté.

Lorsqu’il y a de nouvelles transactions, le réseau fait appel aux membres de la communauté en utilisant un système de validation spécifique (voir système de validation par preuve de travail ci-dessous) afin de vérifier et ajouter les transactions dans la base de données.

Le fonctionnement d’une Blockchain

-1- Deux utilisateurs initient une transaction en signant avec leurs clés privées (signature crypto). Cette signature digitale est utilisée pour prouver l’authenticité de la transaction au réseau.

-2- La transaction est transmise au réseau pair à pair constitué d’un grand nombre d’ordinateurs interconnectés qui vérifient son authenticité.

-3- La transaction est ajoutée à un bloc. Pour former et ajouter le bloc, plusieurs groupes de mineurs sont mis en concurrence pour résoudre un problème mathématique aléatoire qui nécessite une importante puissance de calcul (proof of work).

-4- Le pool de mineurs qui parvient à résoudre le problème en premier peut alors ajouter le bloc miné à la chaîne.

-5- La transaction est exécutée/confirmée.

Le hachage et la validation par preuve de travail

Le système de « hachage cryptographique » au coeur du système de preuve de travail consiste à transformer des données transmises de n’importe quelle longueur (input/clés) en une sortie de longueur fixe (output/valeur de contrôle/hash) en utilisant un algorithme/ une formule mathématique déterminée par un protocole. Cette fonction de hachage est à sens unique ne peut pas facilement être inversée et il est donc quasi impossible d’obtenir l’input sur base de l’output. Dans la Blockchain, l’input représente l’état de la chaîne, càd l’ensemble des transactions antérieures et les nouvelles transactions à ajouter. Dans le graphique illustrant la structure des Blockchain (voir ci-dessus), ce sont en fait les hash des transactions qui sont contenues dans les blocs.

Hachage-cryptographique-comprendre-Blockchain-Cofcap

Le hachage des données facilite l’identification de la transaction sur la Blockchain et augmente considérablement la sécurité des données en s’assurant que les données n’ont pas été modifiées.

Les Blockchain utilisent principalement le système de validation par preuve de travail (« Proof of Work »). Ce système permet de dissuader les fraudes en se basant sur une forte puissance de calcul nécessaire afin de résoudre un casse-tête mathématique. Pour créer un nouveau bloc valide, des groupements de mineurs reçoivent le hash du bloc précédent et les transactions à ajouter dans le nouveau bloc. L’objectif est de trouver une valeur inconnue qui sera ajoutée au inputs et permettra de constituer le hash valide.

comprendre-Blockchain-minage-bloc-cofcap

Pour ce faire, les mineurs utilisent une méthode « essai erreur » et exécutent une multitude de hachage en utilisant un « nonce » aléatoire (« Number only used ONCE » : une valeur aléatoire qui peut être utilisée une seule fois).

Le premier groupe de mineurs qui trouve le nonce valide, càd qui respecte les règles fixées par le protocole, a le droit de créer le bloc et est récompensé selon les règles du protocole (pour les Bitcoins cela correspond actuellement à 6.25 BTC par bloc).

Les avantages et opportunités

Confiance et fiabilité

Contrairement aux autres bases de données, la Blockchain est généralement décentralisée et entièrement gérée par ses utilisateurs. La blockchain repose également sur des outils de cryptographie pour protéger l’identité de ses utilisateurs.

Accessibilité

Tout le monde peut utiliser le réseau blockchain, il suffit d’avoir un ordinateur et une connection internet (et télécharger le software utilisé par la blockchain).

Frais de transaction limités

Une des raisons principales pour le succès des crypto-monnaies est qu’elles ont des frais de transferts extrêmement limités.

Les limitations et obstacles

Attaques et fraudes

Pour les blockchain basées sur le protocole de consensus « Proof of Work », un groupe de mineurs contrôlant plus de 50% du computing power pourrait tromper le système à des fins malicieuses. En pratique, pour les blockchains de grandes tailles, ce serait physiquement impossible.

Pollution

Le système de preuve de travail tel que décrit ci-dessus requiert une puissance de calcul et de traitement par ordinateur considérable. Au fur et à mesure que le réseau de la Blockchain se développe, les algorithmes demandent de la puissance de calcul supplémentaire. La consommation d’électricité est donc importante.

Risque de perte d’accès definitive

La vaste majorité des blockchain repose sur des outils de cryptographie. En cas de perte de la clé, l’utilisateur perd donc définitivement l’accès aux données.

Quelques applications

Bitcoin

Le bitcoin, probablement l’application la plus connue, utilise la blockchain pour enregistrer chaque transaction effectuée. Il s’agit d’un réseau décentralisé qui repose sur des milliers d’ordinateurs indépendants répartis dans le monde. Chaque « noeud » contient l’historique de toutes les transactions effectuées depuis la création de la base de données. Lorsqu’une nouvelle transaction est effectuée dans un noeud, tous les autres noeuds du réseau sont utilisés afin de vérifier que la séquence des transactions précédentes est identique afin de valider la nouvelle transaction.

THETA

Cette société utilise la blockchain pour décentraliser la diffusion de vidéos en peer-to-peer. Les utilisateurs peuvent mettre à disposition une partie de leur bande passante à d’autres utilisateurs pour améliorer la qualité de visionnage des contenus disponibles en streaming. En échange, ils reçoivent des Theta Fuel (TFUEL), la crypto-monnaie échangée par les utilisateurs qui ont la possibilité de visionner et de diffuser du contenu sur les réseaux décentralisés.

SMART CONTRACTS OU CONTRATS INTELLIGENTS

Les « contrats intelligents » sont des programmes informatiques utilisés pour simplifier, automatiser et sécuriser l’implémentations de contrats en utilisant un code cryptographique. Ces contrats s’exécutent sans intervention extérieures et seulement si les conditions déterminées dans le code sont remplies. Cette technologie est principalement utilisée sur la plateforme Ethereum qui s’appuie sur la Blockchain et offre de multiples applications telles que l’organisation de votes pour des élections, la gestion des propriétés intellectuelles et les paiements des sinistres par les compagnies d’assurances.

Ressources pour mieux comprendre la Blockchain

Avantage-fiscal-droits-auteur-Belgique

Avantage fiscal lié aux droits d’auteur en Belgique

Régime fiscal des droits d’auteur – Le principe de base

En valorisant les revenus de vos créations sous forme de droits d’auteur, ces revenus seront requalifiés et soumis à un taux d’imposition plus faible que vos revenus professionnels traditionnels. L’avantage fiscal est généralement substantiel.

Régime fiscal des droits d’auteur – pour qui?

Initialement prévue pour les écrivains et les artistes, cette solution fiscale avantageuse est également d’application pour les architectes, les conférenciers, les copywriters, les développeurs de logiciels, les formateurs, les influences, les journalistes et les photographes.

Le régime s’applique aux salariés, aux indépendants en personne physique et aux gérants et dirigeants d’entreprise.

Régime fiscal des droits d’auteur – pour quoi?

La définition légale comprend les oeuvres ayant un caractère « original ». En pratique, les oeuvres concernées sont celles dont les droits sont protégés et qui sont cessibles par l’auteur en échange d’une rémunération.

Régime fiscal des droits d’auteur – quel taux?

Les revenus des droits d’auteur sont considérés comme revenus mobiliers et donc imposés à hauteur du précompte mobilier de 15%. Ces revenus sont exemptés de sécurité sociale pour indépendants.

En plus de ce taux avantageux et de l’exonération de sécurité sociale, il est possible de déduire des frais réels ou forfaitaires (voir tableau ci-dessous).

Tranches des frais forfaitaires Déductibilité
Moins de EUR16,32050% des frais
Entre EUR16,320 et EUR32,64025% des frais
Plus de EUR32,640pas de déduction

En applicant ces déductions, le taux de taxation effectif peut être réduit ramené à un 7,5% – 11,25%.

Déduction des droits d’auteur – Dans quelle mesure?

Pour les salariés concernés, la rémunération des droits d’auteur ne peut pas dépasser 22,5% de la rémunération brute.

Pour les indépendants et dirigeants d’entreprise, cela se complique un peu dans la mesure où il appartient de soit utiliser une proportion du chiffre d; affaires en respectant une série de conditions, soit une proportion de la rémunération sur base du temps alloué aux taches créatives.

Avancer concrètement et sans engagement

Bien que le principe soit assez intuitif, la détermination de la proportion des revenus concernés peut être plus complexe. Contactez-nous et nous pourrons organiser un rendez-vous avec notre avocat fiscaliste afin de vérifier votre éligibilité, d’effectuer une simulation afin de calculer le gain fiscal net et de vous accompagner dans cette démarche.

Business-Model-Canvas-Cofcap-Consulting

Business Model Canvas

Définition

Le Business Model Canvas est un outil essentiel pour définir, formaliser ou challenger le business modèle d’une entreprise. Cet outil présenté sous forme de matrice a été élaboré par Alexander Osterwalder.

Ce modèle est une feuille de route évolutive qui permet de:

  • Formaliser le modèle économique de manière synthétique;
  • Trouver des innovations afin de se différencier de la concurrence;
  • Déterminer les priorités;
  • Brainstormer;
  • Convaincre les investisseurs;
  • Impliquer les équipes.

Le modèle

La méthode

En pratique, la meilleure façon d’utiliser ce modèle est de travailler en équipe et d’utiliser un grand tableau ou panneau blanc avec les différentes cases et d’écrire sur des « post-it » et de les coller dans les cases adéquates.

Nous vous recommandons d’utiliser des « post-it » de couleurs différentes pour exprimer les points forts (en vert?), les points à améliorer (en rouge?), les points à explorer (en jaune?).

L’idéal est de faire appel à un modérateur et de laisser tout le monde participer de la même manière (« bottom-up »), sans hiérarchie.

Un outil incontournable avant rédaction de business plan!

Nous recommandons cet outil à tous nos clients qui nous demandent de réaliser une analyse de marché et d’élaborer un business plan. Si vous souhaitez un modérateur nous vous accompagnerons sinon nous vous fournirons les outils et vous demanderons le résultat pour formaliser cela dans un business plan qui fait sens.